Les abus sexuels contre les femmes dans l’Église – recension

Recension de la publication de « L’autre Parole », numéro 151, Printemps 2020

Ce numéro de « L’autre Parole », Les abus sexuels contre les femmes dans l’Église, présente un ensemble cohérent de pensées et de propos sur ce sujet sensible. Le message est clair : il faut que ce système clérical, qui favorise l’abus, meure et laisse place à une nouvelle Église où les ministères redeviennent des services pour une communauté.

La lettre ouverte En solidarité avec nos sœurs abusées et le Manifeste pour une refondation de l’Église, présentés comme les suites au colloque de L’autre Parole d’août 2019, nous font entrer de plein fouet dans le vif du sujet.

La deuxième partie de ce numéro nous donne accès au contenu des différentes étapes du Colloque. La théâtralité de la honte présentée par le groupe Bonne Nouv’ailes sert d’introduction à la thématique. Suivent les deux conférences de Marie-Andrée Roy et de Marie Evans Bouclin qui présentent leur analyse de la problématique de l’abus de femmes en Église et des pistes de solutions pour y remédier. La célébration offre une relecture créative de cinq textes bibliques et conclut la démarche du colloque.

En troisième lieu, Mireille D’Astous, Louise Garnier et Pierrette Daviau nous invite à tour de rôle à poursuivre notre réflexion par leur recension d’un livre en lien avec la thématique du numéro :

  • Suzanne ZACOUR. La fabrique du viol, Ottawa, Leméac Éditeur, 2019, 165 p.

  • Miriam TOEWS, Ce qu’elles disent, traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Montréal, Boréal, 2019, 264 p.

  • Marie-Françoise HANQUEZ-MAINCENT. La théologie féministe. Un lieu de nouveaux possibles, Paris/Montréal, Médiaspaul, 2019, 119 pages

Le numéro se termine par un texte de Marie Gratton, Ballade des exilées, Psaume pour un temps de disgrâce inspiré du psaume 137 qui mérite d’être lu à haute voix et médité. Ce texte sert aussi de trait d’union vers le contenu des deux prochains numéros qui rendra hommage à cette théologienne féministe décédée le 14 mai 2018.

Merci au groupe L’autre Parole pour ce numéro qui soutient le souffle de notre élan pour qu’une nouvelle église advienne où hommes et femmes partageront ensemble les responsabilités de la vie de nos communautés.

« Si on tissait ensemble,
Coude à coude,
Si on tissait ensemble
Des liens nouveaux. 1»

1 Extrait de la chanson utilisée dans la célébration lors du colloque, Paroles et musique : Denyse et Diane Marleau.

Ce contenu a été publié dans Recensions par Anne-Marie Ricard. Mettez-le en favori avec son permalien.
Alternative Text

A propos Anne-Marie Ricard

Diplômée en théologie de l’Université Laval (baccalauréat, 1982; maîtrise 1986), Anne-Marie Ricard a travaillé en pastorale paroissiale et scolaire au diocèse de Québec puis à la formation pastorale d’agent(e)s de pastorale aux diocèses de Saint-Jean-Longueuil et de Saint-Hyacinthe (1983-1993). Formée en sciences de l’orientation (maîtrise, 1996) et en psychothérapie (2011), elle a oeuvré comme conseillère d’orientation et psychothérapeute au gouvernement du Québec dans différents postes de soutien aux personnes et en pratique privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.