Usuelles suspectes

Eric George« Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table. Survint une femme de la ville, une pécheresse. … » Luc 7, 36 – 8,3
Texte de la prédication du dimanche 12 juin 2016
Pasteur Éric George, Évreux.

J’ai souvent tendance à déborder un peu sur le découpage que propose Parole pour tous, mais j’avoue que cette fois, je me suis laissé surprendre par ce petit rajout que Parole pour tous propose en nous invitant à lire, à la suite du récit du flacon de parfum brisé, l’évocation des femmes qui suivaient Jésus.

En effet, le choix est surprenant puisque entre le repas chez Simon et l’évocation des femmes, la limite est bien précise. Peut-être s’agissait-il de veiller à ce que cette liste de femmes soit lue et comme n’on allait quand même pas la coller avec les histoires d’agriculture qui suivent, on l’a rattaché à ce qui précède… Seulement, il y avait un risque : en faisant suivre le récit du flacon brisé par la liste des femmes, on insiste sur le fait que le pécheur repentant est une femme et on nourrit cette association, ancienne dans le christianisme, entre la femme et le péché…

Mais cet enchaînement entre le repas chez Simon et les femmes qui suivent Jésus est tout de même justifié : Luc est le seul à sortir le flacon brisé du contexte de Pâques, il est le seul à faire de ce récit une illustration du pardon et de la gratitude et il est le seul à dresser une liste des femmes qui suivent Jésus.

D’ailleurs, je vous propose une hypothèse. Dans son prologue, l’évangile selon Luc est présenté comme un travail d’historien : j’ai collecté les faits, j’ai rassemblé les témoins; or si nous lisons les trois autres récits du flacon brisé, « l’onction à Béthanie », ils rapportent tous cette parole de Jésus « on se souviendra du geste de cette femme ». Eh bien, Luc a peut-être été assez embêté : on se rappelle du geste de la femme mais on oublie son nom (je place l’évangile selon Jean un peu à part). Et Luc s’est demandé qui était cette femme mais il n’a pas trouvé. La liste des femmes qui suivent Jésus serait en fait une liste des « suspectes » les plus probables. Qui était cette pécheresse pardonnée? Marie de Magdala? Jeanne? ou bien Suzanne?

Cette hypothèse posée, on peut un peu regarder le rôle des femmes qui suivent Jésus : elles étaient nombreuses et elles les aidaient de leurs biens. Ce qui signifie que ces femmes étaient maîtresses de leurs biens, qu’elles pouvaient en faire ce qu’elle voulait. On peut aussi souligner le caractère très utile de ce service, heureusement qu’il y a des femmes autour de Jésus et des Douze pour avoir les pieds sur terre et pour faire marcher la baraque… j’en vois qui acquiescent et en ce qui me concerne, je ne peux qu’approuver cette vision des choses… Mais attention quand même, si nous entrons trop loin dans ce stéréotype, ça veut dire que le rôle des femmes autour de Jésus c’est de gérer l’intendance et le service… Et l’on risque d’oublier le rôle de cette inconnue qui est entrée chez Simon…

En effet, chez Simon, Jésus est face à deux figures de disciples : l’un l’a invité chez lui pour l’écouter, sans doute pour discuter avec lui, visiblement pour le mettre à l’épreuve, pour le tester. Et je crois que nous pouvons tous nous reconnaître en Simon, nous aussi nous voulons écouter Jésus, nous instruire de sa parole mais aussi la vérifier, la tester, la comparer avec ce que nous nous savons, nous aussi nous nous disons « moi à la place de Dieu, je ne ferai pas ceci, ou je ferai cela », « là, Jésus exagère quand même »…

L’autre disciple entre, se jette au pied de Jésus et le couvre, l’inonde même, de reconnaissance et d’amour. L’autre disciple est consciente de son péché et de la liberté qu’elle a trouvé en Jésus Christ. L’autre disciple se laisse emporter et conduire par sa reconnaissance seule.

À votre avis, laquelle de ces deux figures de disciple, l’évangile de Luc pose-t-il comme figure à imiter?

C’est donc une femme qui est le modèle du disciple… C’est une femme qui a compris le pardon donné par Jésus… et il faudrait écarter les femmes de l’enseignement? C’est une femme qui s’est laissée toute entière conduire par l’amour… et il faudrait écarter les femmes de la prédication? Et si je reprends la version pascale de ce récit, l’onction à Béthanie, c’est le geste d’une femme que Jésus a célébré comme étant le geste exprimant le mieux le don que Jésus nous fait… et il faudrait écarter les femmes de la célébration des sacrements?

Hmmm cela me paraît quelque peu… illogique.

(J’ouvre une parenthèse pour dire qu’il peut sembler un peu étrange de ma part de défendre ainsi le ministère féminin qui est un acquis de notre Eglise. Pourtant cet acquis a récemment été remis en question dans l’Église luthérienne de Lettonie. Bref, il ne s’agit pas d’aller chercher la paille dans l’œil d’autres Églises mais bien de réaffirmer comment notre Église, notre courant du christianisme entend et reçoit les textes bibliques)

Il y a tout de même deux risques à souligner qu’ici, le disciple modèle est une femme. Le premier serait d’inverser l’oppression et d’affirmer que seules les femmes peuvent être de bons disciples. Il n’est évidemment pas question… Le second est plus insidieux, et particulièrement quand, comme aujourd’hui, un mec qui commente un texte écrit par un mec dans une société patriarcale : ce risque c’est la tentation de poser cette pécheresse comme stéréotype féminin : la femme idéale, c’est la pécheresse éplorée de reconnaissance… Il y a dans la Bible des femmes douce et tendre, il y en a des guerrières, il y a des silencieuses et effacées et des oratrices et des meneuses. Bref, pour les femmes comme pour les hommes, la Bible parle des personnes plus que de généralités.

Au bout du compte, est-il important de rappeler le sexe de la pécheresse pardonnée? Dans l’idéal, non. Dans l’idéal nous devrions nous rappeler qu’en Jésus Christ, il n’y a plus ni homme ni femme et qu’ici la figure idéale de disciple est une figure d’amour et de reconnaissance. Mais parfois, il est bon, voire urgent de rappeler que parmi tous ces hommes de la Bible, tous nos pères dans la foi, certains sont des femmes et qu’elles tiennent dans ces textes pourtant patriarcaux une place qui nous interdit de dévaloriser 50% de l’humanité.

Alors, mes sœurs, mes frères
Ensemble, témoignons de cet amour qui nous a été donné
Ensemble, entrons dans les gestes d’amour et de reconnaissance
Ensemble, mettons-nous au service les uns des unes et réciproquement

Texte publié sur le site de l’Église protestante unie de France
et sur le blog  Miettes de théologie
Il est reproduit avec la permission de l’auteur.

Une réflexion au sujet de « Usuelles suspectes »

  1. À ma lecture, ce texte demeure ambivalent. Des éléments d’ouverture, mais d’autres si larges que, en effet, on sublime à ce point la femme «sans nom» qu’elle en perd à mes yeux son rapport aux femmes… une femme aux anges, pour ainsi dire! Enfin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *