Changements canoniques du 1er juin 2021

Déclaration du Catholic Women’s Council
relative aux changements canoniques survenus le 1er juin 2021
concernant les sanctions pénales dans  l’Église catholique

Le Catholic Women’s Council (CWC) est un groupe de coordination mondial de réseaux catholiques romains travaillant pour la pleine reconnaissance de la dignité et de l’égalité des femmes dans l’Église.

Nous, membres de la direction du Catholic Women’s Council (CWC), sommes conscientes que les révisions du Code de droit canonique publiées aujourd’hui étaient attendues depuis longtemps et qu’elles traitent de divers crimes et sanctions, y compris ceux liés aux abus sexuels du clergé.

Cependant, nous sommes profondément peinés de savoir que l’ordination des femmes est incluse ici et considérée comme une infraction contre les sacrements. Nous tenons à souligner que l’aspiration des femmes à l’ordination n’est rien d’autre qu’une quête de reconnaissance de l’égalité et de la dignité des femmes au même titre que les hommes dans l’Église. Mais le Vatican considère qu’il s’agit d’un crime qui tombe dans la catégorie des excommunications latae sententiae dans l’Église. Cette situation est déplorable, inacceptable et blessante pour les femmes. Elle porte atteinte à la dignité des femmes.

Nous saluons les changements et la clarification concernant les abus contre les mineur(e)s comme un pas dans la bonne direction. Cependant, la violation du vœu de chasteté par un prêtre conduit souvent à l’abus d’autres adultes – principalement des femmes – car l’abus a lieu lorsqu’une personne ayant un pouvoir supérieur exploite et profite d’une personne vulnérable et lui cause un préjudice physique et psychologique. L’expérience de l’abus des femmes ne doit être ni effacée, ni sublimée derrière l’expression « victime ». Nous exprimons notre solidarité avec toutes celles et tous ceux dont la vie a été bouleversée par les abus sexuels et spirituels du clergé. Nos prières et notre sympathie vous accompagnent.

Nous demandons instamment au Vatican et à tous les évêques d’entamer un dialogue avec le Catholic Women’s Council (CWC) et nos organisations membres afin de trouver de nouvelles façons d’écouter les femmes qui se sentent appelées au ministère, de sorte que la quête d’égalité des femmes soit comprise avec sensibilité et non classée arbitrairement comme une offense aux sacrements. Nous demandons qu’il y ait un débat ecclésial plus approfondi dans le monde entier sur l’application et l’interprétation des amendements et que les nombreuses histoires de vocation des femmes soient dûment appréciées et surtout reconnues.

L’Église a été dominée par les pensées, les paroles et les décisions des hommes pendant des siècles. Il est temps de sortir d’une culture de suprématie masculine et de revenir à l’égalité que Jésus a créée pour les femmes lorsqu’il les a incluses dans son ministère en partageant la parole avec elles (Luc 10, 38-42), lorsqu’il a chargé une femme d’apporter au monde la Bonne Nouvelle de sa résurrection (Jean 20, 11-17) et lorsqu’il a confirmé la femme qui l’avait oint en lui donnant l’assurance que partout où l’Évangile serait prêché, on se souviendrait d’elle (Marc 14, 6-9).

Lorsque l’ordination des femmes et les abus sur les mineurs ont été déclarés Delicta Graviora pour la première fois en 2010, des catholiques du monde entier ont réagi avec horreur. Mais le Vatican n’a pas écouté le sensus fidei (le sens de la foi du peuple de Dieu). Cette fois-ci, nous espérons que le Vatican entendra les voix de protestation.

Nous rappelons à nos frères du Vatican qu’« en ce qui concerne les droits fondamentaux de la personne, toute forme de discrimination, qu’elle soit sociale ou culturelle, qu’elle soit fondée sur le sexe, la race, la couleur, la situation sociale, la langue ou la religion, doit être dépassée comme contraire à la volonté de Dieu. » (Gaudium et Spes, 29). Nous n’exigeons donc rien de moins que le Vatican mette en œuvre les propres enseignements de notre Église, qui nous assurent que tous les humains sont égaux devant notre Dieu.

Traduction par Pauline Jacob à l’aide de la version gratuite de DeepL.com/Translat

Source : https://voicesoffaith.org/conversations-1/2021/6/3/statement-on-the-canonical-changes-on-penal-sanctions-in-the-church-on-june-1-2021

A propos Catholic Women’s Council

Le Catholic Women’s Council [CWC] a été créé à Stuttgart en novembre 2019, lorsque des associations de femmes catholiques, des groupes d'intérêt, des ordres religieux féminins et des organismes religieux d'Allemagne, d'Autriche, du Liechtenstein et de Suisse se sont réunis pour la première fois pour mettre sur pied un réseau autour d’une position commune des femmes dans l'Église. En janvier 2020, ce réseau est devenu un groupe de coordination mondial.
Ce contenu a été publié dans L'ordination des femmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.