À l’origine de l’émission En mémoire d’elles à Radio VM

Depuis l’automne 2020, j’ai l’immense plaisir d’animer l’émission En Mémoire d’elles à Radio VM1. Le principal objectif consiste à parler des femmes dans les religions monothéistes et à faire parler des femmes qui se spécialisent dans les questions qui touchent cette moitié de l’humanité trop souvent négligée. Chacune des émissions aborde une figure importante mais méconnue du judaïsme, du christianisme et/ou de l’islam. Ainsi, seule ou accompagnée d’une invitée, je traite de différents personnages féminins des textes sacrés, mais aussi des façons dont elles sont vues par les traditions religieuses, les approches féministes ainsi que par les divers mouvements fondamentalistes.

Pourquoi une telle émission?

Boursière postdoctorale du Fonds de Recherche du Québec – Société et Culture [FRQSC] de la cuvée 2018-2020, je me penche depuis deux ans sur les représentations des femmes martyres/violentes contemporaines dans les principaux journaux francophones publiés au Québec de 2002 à 2004 et de 2015 à 2017. Mon étude porte sur les šhahīdāt palestiniennes de la deuxième Intifada et les muhādjirat, istišhadiyyāt et/ou inghimasiyyāt de l’autoproclamé califat de l’État Islamique [EI]. À l’automne 2019, le FRQSC m’invite à soumettre ma candidature à un programme de soutien à la diffusion des résultats des travaux de recherche. Il me fallait trouver un moyen de parler de ce sujet peu réjouissant ni simple à traduire pour le grand public. D’emblée, il me semblait plus pertinent de diffuser de pareilles connaissances le plus largement possible que de me restreindre à certaines sphères spécialisées.

La radio s’est rapidement imposée à moi. Il me semblait que mes résultats de recherche pouvaient être utilisés à titre d’inspirations et d’exemples, notamment pour démystifier le phénomène du martyre, pour mettre en lumière la place des femmes dans les religions monothéistes et la violence narrative déployée à leur égard, et ce, à travers de nouveaux médiums. Mais où allais-je pouvoir proposer un projet d’émission abordant les femmes dans les religions, voire, plus spécifiquement les martyres? Rapidement, Radio VM, la seule radio au Québec qui traite ouvertement de culture religieuse, s’est imposée. Je contactai les directeurs, lesquels réagirent au quart de tour. Après une agréable rencontre, ils me proposèrent d’enregistrer une émission pilote. Celle-ci consacrée à Mariam, la sœur aînée de Moïse et d’Aaron, par amour (oui, oui) pour cette prophétesse, n’était pas très adéquate parce que trop savante. Ce premier essai a entraîné son lot de conseils, tant techniques que méthodologiques. Bonne élève, je me suis remise sur le métier et il a ensuite été convenu que je me retrouve bel et bien derrière le micro, parfois seule et parfois accompagnée d’invitées, histoire de dynamiser ces petites demi-heures hebdomadaires.

Il y a d’abord eu la recherche. Quelles figures méritaient le détour? Quelles intervenantes étaient en mesure de partager leur savoir? Pour une rare fois, j’avais la possibilité de n’écouter et de ne suivre que mon cœur et c’est ainsi que j’ai procédé. Ainsi, j’ai choisi des personnages plus ou moins connus pour traiter des aspects du religieux et des religions qui demeurent cruciaux pour bien comprendre notre monde et ne font pas nécessairement l’objet d’analyses dans les grands médias.

Les femmes que j’ai choisies pour traiter de ces sujets proviennent de mon réseau. Oui, ce sont mes collègues, lesquelles sont toutes des spécialistes dont les travaux méritent, à l’instar des femmes qui occupent une place de choix dans les récits, les institutions et les imaginaires monothéistes, d’être mises de l’avant. Œuvrant depuis longtemps ou seulement quelques années dans différentes universités (UQÀM, UdeM, UOttawa), elles se consacrent à une tradition en particulier et ont mille choses à partager.

Leur participation a considérablement enrichi cette émission et contribué à sa diversité. Je tiens à souligner la générosité de Lydwine Olivier à propos de la femme dans Genèse à qui elle a consacré ses études doctorales et pas moins de trois émissions, soit beaucoup de boulot; l’amitié d’Anne Létourneau qui, malgré ses nouvelles responsabilités, a pris le temps de revenir à ses anciennes amours : Jézebel et Déborah; l’ouverture de Valérie Irtanucci-Douillard, une de mes anciennes étudiantes, qui a accepté de se prêter au jeu et de venir parler de ses travaux en cours sur le féminisme judaïque et les rituels féminins. Et je pourrais continuer : Marie-Andrée Roy, Mounia aït Kabboura, Roxanne Marcotte et Pierrette Daviau ayant, elles aussi, donné sans compter.

Grâce à ces femmes, le « elles » du titre de l’émission est vraiment pluriel et, en plus, il s’entend! Ainsi, bien que ce titre aurait pu être « Tout feu, toutes femmes », « Dieu est une femme comme les autres », « Bon Dieu, bon genre », le choix s’est arrêté sur « En mémoire d’elles », en hommage au livre In Memory of Her; A Feminist Theological Reconstructions of Christian Origins (1983) de la théologienne féministe, Elisabeth Schüssler Fiorenza. Un livre qui se présente comme un manifeste, tant pour redonner une existence historique à la femme anonyme qui a versé du parfum sur la tête de Jésus à Béthanie et n’a pourtant guère retenu l’attention des exégètes que pour fonder une théologie féministe du christianisme primitif. En tant qu’exégète féministe, cet ouvrage a représenté un tournant dans ma vie et j’ai voulu y puiser pour faire entendre les voix trop souvent tues, pour aussi rendre visibles et audibles les femmes fortes, résistantes, rebelles des textes anciens, ainsi que celles d’aujourd’hui.

Il est toujours possible d’écouter les émissions en direct ou en différé2 J’ai également créé un blogue qui se veut un complément de l’émission3. Chaque semaine, je complète le segment radiophonique avec des références, les pièces musicales à l’honneur, les publications de mes invitées et des sources à consulter pour en savoir plus. Cette aventure, loin de s’achever, se poursuit.

Isabelle Lemelin
Le 8 janvier 2021

NOTES

1 Vous pouvez syntoniser Radio VM au 91,3 FM à Montréal; 100,3 FM à Sherbrooke ; 89,9 FM à Trois-Rivières ; 89,3 FM à Victoriaville et 104,1 FM à Rimouski.

2 Les radiodiffusions sont les mardis à 13h30 et en rediffusion les mercredis à 19h30, les jeudis à 22h30 et les lundis à 1h. Il est possible de réécouter les émissions passées en visitant les archives de Radio VM [https://www.dropbox.com/sh/fy5nlte6s2bru8k/AAAHZZDXrMxRKBrPuc2QbGlUa/EN%20M%C3%89MOIRE%20D’ELLES_Isabelle%20Lemelin?dl=0&subfolder_nav_tracking=1

Les derniers articles par Isabelle Lemelin (tout voir)

A propos Isabelle Lemelin

Détentrice d’un doctorat en sciences des religions (UQÀM, 2017) (sujet de thèse : « À l’origine des martyres féminines: la mère du 2e livre des Maccabées ») et d’une maîtrise en anthropologie (Laval, 2003), Isabelle Lemelin est chercheure postdoctorale au département d’études théologiques de l’Université Concordia. Chargée de cours à l’UQÀM et animatrice à RadioVM, elle poursuit ses recherches sur les femmes martyres/violentes.
Ce contenu a été publié dans La Bible et les femmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à À l’origine de l’émission En mémoire d’elles à Radio VM

  1. M7 dit :

    Je viens de tomber par hasard sur votre article et croyez moi je suis enthousiasmée de pouvoir vous suivre. J’aime apprendre des femmes ; celles qui ont brillé comme échoué, les femmes lead et celles extraordinaires, celles qui se sont démarquées comme celles qui ont subi… dans les grandes religions monothéistes. Je suis désormais votre follower.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.