Archives de l’auteur : Marie-Andrée Roy

Alternative Text

A propos Marie-Andrée Roy

Marie-Andrée Roy, sociologue, est directrice du Département de sciences des religions et membre de l'Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). L’analyse féministe des religions, les rapports femmes-hommes et les conservatismes religieux constituent ses principaux domaines d’expertise. Sa thèse de doctorat en sociologie (1992) portait sur les femmes et le pouvoir dans l’Église catholique. Elle est cofondatrice de la collective féministe et chrétienne L’autre Parole.

Décès de Monique Dumais

9 août 1939 – 16 septembre 2017 C’est avec une infinie tristesse que nous vous annonçons le décès de Monique Dumais, ursuline, théologienne féministe, professeure en sciences religieuses et en éthique à l’UQAR. Monique Dumais est décédée à l’âge de 78 ans au … Continuer la lecture

Publié dans Événements et nouvelles, Portraits de femmes | 3 commentaires

Femmes et conservatismes religieux : perspectives féministes

Conférence donnée au congrès de l’Entraide missionnaire 2015 ayant pour thème « Droits des femmes : des luttes toujours actuelles ». Publié dans les Actes du congrès de l’Entraide missionnaire , 12 et 13 septembre 2015, p. 27-33. Reproduit avec les autorisations requises. QUAND … Continuer la lecture

Publié dans Femmes et fondamentalisme, Patriarcat | 2 commentaires

La sacralisation du pouvoir mâle

Marie-Andrée Roy est professeure au Département de sciences des religions de l’UQAM, directrice de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) et membre fondatrice de la collective L’autre Parole

«Les religions qui cautionnent une forme ou l’autre de hiérarchie entre les sexes cultivent un terreau propice à la subordination des femmes et légitiment la violence patriarcale.»

Ce texte a été publié dans la revue Relations de novembre 2010 (numéro 744), et est reproduit avec les permissions requises. Continuer la lecture

Publié dans Les femmes en Église | Commentaires fermés sur La sacralisation du pouvoir mâle