Homme et femme il les créa

Je lisais dernièrement un auteur qui écrivait que le mouvement de ces dernières décennies en vue de l’égalité des hommes et des femmes dans notre société aurait autant d’impact sur notre avenir social que la grande révolution industrielle.  Ce n’est pas peu dire.  Et je pense que c’est vrai.

« Homme et femme il les créa » : Les mots de la Genèse expriment clairement la volonté de Dieu que l’homme et la femme soient les deux parties égales de cette unique humanité qu’il lançait dans l’existence.  On peut épiloguer sur les images qui nous font comprendre l’origine de l’homme et de la femme, une chose est absolument sûre: c’est la fondamentale dignité de l’une et de l’autre, le même appel à un accomplissement personnel de leurs qualités propres et respectives, la mission égale de construire un monde qui répondrait au dessein divin et préparerait le Royaume de personnes créées à l’image de leur Dieu et Seigneur.

Mais l’histoire fit son oeuvre.  A partir de rôles assumés différemment, on en vint par une naturelle dérive à consacrer par les faits et dans les institutions une relation homme femme qui n’était pas toujours à l’avantage de cette dernière.  Quelles que soient les raisons physiques, psychologiques, intellectuelles avancées pour expliquer cette situation, elle a apporté des souffrances et  engendré des injustices. Elle a pu donner l’impression de citoyens et de citoyennes de première zone et de seconde zone.  Elle a même, en plusieurs cas, dressé des obstacles à l’épanouissement de personnes.

C’est pour remédier à tout cela qu’un vaste mouvement se poursuit.  Il constitue un de ces « signes des temps » dont parlait déjà Jean XXIII dans « Pacem in terris ». Il se situe dans la droite ligne de ce que disait ce même pape lorsqu’il parlait de l’égalité des êtres humains en droits et en dignité. 

Et dans l’Église ?  me direz vous. Un effort de lucidité et de réflexion continue de s’imposer.  Il faut le faire dans la perspective d’une Église où tous et toutes doivent assumer la responsabilité de la mission confiée par Jésus.

 Jean-Guy Hamelin, évêque émérite de Rouyn-Noranda
à l’occasion du 8 mars 2010