Trois déclarations concernant les femmes en Église

Trois déclarations concernant les femmes en Église :
Mgr Gérard-Marie Coderre, évêque de St-Jean-de-Québec, en 1964 
Mgr Robert Lebel, évêque de Valleyfield, en1980
Mgr Proulx, évêque de Gatineau-Hull, en 1985

Mgr Gérard-Marie Coderre, évêque de St-Jean-de-Québec, en 1964 alors qu’il participait  à la 3e session du Concile Vatican II à fait la déclaration suivante :

« Sans la contribution véritable de la femme, la société humaine et même le royaume de Dieu n’atteindraient ni leur perfection ni leur plénitude, et les hommes seraient infidèles au dessein de Dieu sur eux ».

Mgr Robert Lebel, évêque de Valleyfield et délégué au Synode sur La famille chrétienne (1980), parlant au nom de la  délégation canadienne, a souligné le besoin de renforcer la participation des femmes dans l’Église et la société. 

« L’état de soumission et d’oppression que subit la femme dans le monde est une situation de péché, le résultat du péché originel. C’est une situation de péché, donc une chose à corriger (…). C’est par fidélité à la parole de Dieu que l’Église doit reconnaître comme un fait positif le mouvement féministe moderne : il s’agit, dans son ensemble, d’un progrès de la civilisation et c’est un pas de plus dans l’instauration du Royaume . S’il y a un lieu où les appels à la libération de la femme doivent être entendus c’est bien dans l’Église de Jésus-Christ illuminée de la parole de Dieu. L’Église ne doit pas être à la remorque de la civilisation et des cultures, ni excuser ses retards… elle doit avoir une parole prophétique pour promouvoir toute forme de libération. »

Au diocèse de Gatineau-Hull, en 1985, la Commission d’étude sur la crise économique et la pauvreté a questionné l’Église face à certaines attitudes jugées inacceptables envers les femmes.  Mgr Proulx, évêque de Gatineau-Hull dira:

«  Dans certains domaines, les prêtres et les clercs sont très jaloux de leur autorité et ne laissent pas la chance d’exercer un réel ministère aux femmes. Je souhaite que dans notre Église la réflexion se poursuive et qu’il y ait de la part des personnes engagées à tous les niveaux le souci de traiter, comme la parole de Dieu nous y invite, l’homme et la femme comme étant parfaitement égaux. »

Mgrs Coderre, Lebel et Proulx