Une journée consacrée au diaconat pour les femmes

Depuis 1997, des groupes militant pour l’accessibilité des femmes au diaconat célèbrent, le 29 avril, une Journée de la femme diacre. Quelle est l’origine de cette journée soulignée entre autres en Allemagne? Comment mieux s’approprier le dossier des femmes diacres?

Origine de cette journée

Quelle est l’origine de cette journée? En juillet 1996, près de 1 200 chrétiennes de toutes confessions se réunissent lors du Premier synode européen des femmes tenu à Gmunden en Autriche. À cette occasion, différents groupes militant pour l’accessibilité des femmes à tous les ministères décide de former le Women’s Ordination Worldwide [WOW]. Elles choisissent alors des moments du calendrier liturgique pour évoquer, sur une base annuelle, les ministères des femmes. Le 25 mars, fête de l’Annonciation, devient jour de prière pour l’ordination des femmes; le 29 avril, fête de Catherine de Sienne, jour de prière pour l’ouverture au diaconat pour les femmes; le 22 juillet, fête de Marie-Madeleine, jour de célébration pour reconnaître l’importance de l’apôtre des apôtres. Ces journées sont officialisées en novembre 1996 lors de la création du vaste réseau International Movement We Are Church [IMWAC].

Existence actuelle d’un groupe en Allemagne

Des groupes soulignent de façon particulière la journée de prière pour l’ouverture au diaconat pour les femmes. Il en existe un en Allemagne, le Netzwerk Diakonat der Frau [RDF] [Réseau du diaconat pour les femmes]. Ce réseau, fondé en 1997, promeut le diaconat comme une étape essentielle dans la marche vers l’accessibilité des femmes à tous les ministères. Depuis 1999, le RDF prépare des femmes à une éventuelle ordination diaconale avec un programme de formation de trois ans semblable à celui des diacres permanents. À l’intérieur d’un groupe nommé Cercle diaconal, les membres s’apportent un support mutuel. Le processus de formation du RDF comprend trois volets : le travail et l’accompagnement dans un aspect pratique du ministère diaconal, l’accompagnement spirituel et les exercices spirituels auxquels s’ajoutent six séminaires de fins de semaine et une semaine de retraite par année. Dans le cadre de cette journée consacré au diaconat pour les femmes, le RDF organise un colloque annuel. Cette année, ce colloque se tient à Mayence avec ce thème : « Rendre l’Église porteuse d’avenir ».

Une suite à la réflexion

Le diaconat pour les femmes demeurent un sujet d’actualité. Nous attendons toujour les résultats de la Commission d’étude mise sur pied par le pape François. Dans un ouvrage intitulé Des femmes diacres, hier, aujourd’hui, demain (Novalis, 2018), trois spécialistes nous éclairent sur la question du ministère diaconal pour les femmes : Gary Macy revisite l’histoire du diaconat, William T. Ditewig analyse le renouveau opéré depuis Vatican II et Phyllis Zagano réfléchit sur les possibilités d’avenir des femmes dans ce ministère. Pour permettre une bonne compréhension et un échange sur ce sujet, il existe un guide de lecture et d’échange en petits groupes préparé par Dolnna L. Ciangio, OP, et Sandra De Masi, SSJ, accessible sur le site du réseau Femmes et Ministères. Il s’intitule Une réflexion et un guide d’étude.

Connaître l’origine de l’intérêt toujours actuel pour l’ouverture au diaconat pour les femmes peut nous aider à poursuivre l’étude et la militance pour cette question. Si l’accessibilité des femmes à tous les ministères et l’égalité réelle des femmes et des hommes dans toutes les sphères de la vie de l’institution catholique demeure l’objectif ultime de cette lutte, il s’avère important de s’approprier les connaissances et de faire avancer la question du diaconat.

Pauline Jacob,
Asbestos, le 29 avril 2019

*Pour poursuivre la réflexion sur ce sujet, une entrevue de Bernard Pottier, s.j., membre de la Commission d’étude sur le diaconat féminin, entrevue réalisée par Sel et lumière le lundi 25 février 2019 : https://seletlumieretv.org/temoin/?f=pere-bernard-pottier

Ce contenu a été publié dans Le diaconat pour les femmes par Pauline Jacob. Mettez-le en favori avec son permalien.
Alternative Text

A propos Pauline Jacob

Théologienne féministe, Pauline Jacob détient un Ph. D. en théologie pratique et une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Montréal. Elle est l’auteure d'« Appelées aux ministères ordonnés » (Novalis, 2007), coauteure de « L’ordination des femmes » (Médiaspaul, 2011) et a à son actif plusieurs articles. Elle poursuit depuis plus de 20 ans des recherches sur l'ordination des femmes dans l’Église catholique et est très active à l’intérieur du réseau Femmes et Ministères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.