Le 8 mars, un rêve éveillé!

En 2018, quelle grande action l’Église catholique pourrait-elle accomplir pour faire progresser sa recherche visant à reconnaître une égalité véritable entre les hommes et les femmes? Quel serait le message que Jésus apporterait à toutes les femmes qui aspirent à être reconnues, au même titre que les hommes, dans la grande communauté ecclésiale?

Il est sans doute paradoxal de constater, du moins dans les sociétés occidentales, que les femmes y sont mieux reconnues que dans l’Église catholique; ainsi, elles dirigent des pays, de grandes entreprises et exercent pratiquement toutes les professions. Tout n’est pas gagné, évidemment, mais elles progressent chaque jour dans l’obtention de leurs droits à l’égalité avec les hommes qu’elles côtoient sans complexe.

L’attitude de l’Église à l’égard des femmes est d’autant plus incompréhensible que beaucoup d’hommes se demandent, eux aussi, pourquoi l’Église ne donne pas l’exemple, en posant des gestes concrets, pour faire advenir l’égalité tant souhaitée? Mais l’Église s’entête à pratiquer le déni.

Pourtant, des femmes, bien formées et dévouées, ne demanderaient pas mieux que de marcher dans les pas de Jésus en exerçant le ministère ordonné. Car Jésus ne faisait pas de différence entre les personnes. Il tenait le même discours d’amour, de compassion et de tendresse à l’égard des hommes et des femmes qu’il croisait en chemin. Jésus écarterait-il les femmes des ministères ordonnés et de l’autel, si la question lui était posée dans notre for intérieur? On dit souvent que poser la question, c’est y répondre.

Ainsi, j’ai été heureux de partager avec vous, ne serait-ce que pendant un court moment, une parcelle de ce rêve qui m’habite! J’ose espérer que le rêve deviendra bientôt réalité et que je pourrai me sentir enfin fier de célébrer, en Église, la Journée internationale des femmes, et ce, dès l’an prochain!

Yvan Lajoie
Québec, le 5 mars 2018

Ce contenu a été publié dans L'ordination des femmes par Yvan Lajoie. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Yvan Lajoie

Yvan Lajoie est titulaire d’une maîtrise en littérature de l’Université Laval. Il a aussi étudié en théologie. Retraité de la fonction publique du Québec, où il a poursuivi une carrière de rédacteur et d’agent de recherche, il s’intéresse aux questions religieuses et sociopolitiques, en particulier à la question de l’égalité des genres dans la société. Il habite Québec et est membre de son conseil de quartier. Il collabore à Femmes et Ministères.

2 réflexions au sujet de « Le 8 mars, un rêve éveillé! »

  1. Bonjour,

    Voici une réponse à votre première question en texte Monsieur Lajoie:

    La plus grande action que l’Église catholique romaine pourrait faire serait:
    – Une Réforme de l’Église catholique romaine sous les trois axes suivants:

    «Semences organisationnelles et théologiques pour la Réforme de l’Église catholique romaine», sous les axes suivants:

    I) La ré-insertion des ministères féminins comme au Ier millénaire chrétien;

    II) La ré-instauration du libre choix en matière d’abstinence; et

    III) La décentralisation du pouvoir ecclésiastique et la diminution de niveaux de hiérarchiques pour un accès plus direct à Dieu.

    Je termine mon baccalauréat en théologie/sciences des religions/gérontologie présentement avant d’entreprendre ma maîtrise en ce sens. Je suis toujours à la recherche de groupes travaillant pour l’intégration des femmes au sein de la Grande Église chrétienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.