Trois nouvelles docteures en sciences des religions à l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal

Félicitations à ces trois nouvelles docteures en sciences des religions : Carmen Chouinard, Tanja Riikonen et Josette Nonone.

Notre liste compte maintenant 127 femmes docteures en théologie, sciences religieuses, droit canonique, sciences des religions et domaines connexes. Des compétences multiples et diversifiées dans ces secteurs! Ces femmes ont un lien avec des universités francophones ou bilingues du Québec et du Canada. Elles y ont fait leur doctorat, y enseignent ou y ont enseigné.

Carmen Chouinard a soutenu sa thèse doctorale en vue de l’obtention d’un Ph. D. (sciences des religions), le 24 mai 2017. Sa thèse s’intitule : « La triple occultation des femmes croyantes abrahamiques au Québec : Analyse de perspectives contemporaines de solutions féministes. »

Résumé de sa thèse :

L’approche inter-sectionnelle permet de constater que depuis la Révolution tranquille, les femmes croyantes du Québec sont occultées de trois façons : 1) La sécularisation; 2) Les féministes dits de la deuxième vague pour lesquelles, religion et féminisme sont une antinomie; 3) Les communautés de foi qui sont souvent structurées selon une hiérarchie patriarcale. Il est proposé que le dialogue interreligieux et l’herméneutique féministe des livres saints abrahamiques permettent aux femmes croyantes de sortir de cette triple occultation. Le travail de ces femmes croyantes, surtout ici au Québec, est examiné.

Tanja Riikonen a soutenu sa thèse doctorale en vue de l’obtention d’un Ph. D. (sciences des religions), le 12 juin 2017. Sa thèse s’intitule : « Des identités musulmanes : analyse discursive des négociations identitaires d’étudiantes universitaires et immigrantes en Finlande et au Québec. »

Résumé de sa thèse :

Cette étude doctorale présente une analyse des identités musulmanes et de leurs multiples compréhensions dans un contexte d’immigration et de multiculturalisme en Finlande et au Québec, Canada. S’appuyant sur un corpus de 30 entrevues effectuées en milieu universitaire, elle porte sur les auto-identifications et les rapports de pouvoir dans la construction identitaire d’étudiantes universitaires. Ces étudiantes sont issues de l’immigration et elles ont un attachement personnel à l’identité musulmane (religieuse, culturelle, séculière, etc.). L’étude contribue à aller au-delà de certaines simplifications de cette identité. Elle propose un encadrement théorique et de pistes d’analyse riches et inscrites au cœur de l’actualité – la globalisation, la multiplicité, les rapports de pouvoir inégaux et l’altérisation de l’identité musulmane.

Josette Nonone a soutenu sa thèse doctorale en vue de l’obtention d’un Ph. D. (sciences des religions), le 20 juin 2017. Sa thèse s’intitule : « Émergence d’un paradoxe religieux dans un contexte esclavagiste à la Martinique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Analyse psychanalytique des signifiants d’une conversion. »

Résumé de sa thèse :

L’étude soulève un paradoxe religieux qui nous renvoie à deux religions durant la période servile du XVIIe et XVIIIe siècle aux Antilles françaises : la religion esclavagiste et celle de « la chrétienté pure, pacifique et impartiale du Christ ». Les esclaves africains déportés avaient une culture religieuse d’origine, cependant, ils se sont convertis au christianisme. Cette thèse propose d’analyser cette « conversion » par l’émergence de signifiants à partir du fait historique et des récits des missionnaires, le tout mis en articulation avec les concepts et les théories psychanalytiques freudiens et lacaniens.

Ce contenu a été publié dans Docteures par Pauline Jacob. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pauline Jacob

Théologienne féministe, Pauline Jacob détient un Ph. D. en théologie pratique et une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Montréal. Elle est l’auteure d'« Appelées aux ministères ordonnés » (Novalis, 2007), coauteure de « L’ordination des femmes » (Médiaspaul, 2011) et a à son actif plusieurs articles. Elle poursuit depuis plus de 15 ans des recherches sur l'ordination des femmes dans l’Église catholique et est très active à l’intérieur du réseau Femmes et Ministères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *