Le bénévolat chez Christiane Lagueux

Après quelques années d’enseignement,  Christiane Lagueux  a œuvré 20 ans au diocèse de Québec en tant qu’agente de pastorale (1990-2010). Elle a été membre de l’équipe diocésaine  responsable de la pastorale sociale,  de la jeunesse et de la  famille et a consacré deux ans à la  pastorale paroissiale. 

J’ai connu Christiane Lagueux, dans les années 1980, alors que j`étais animateur régional sur la Rive-Sud du diocèse de Québec. Avec une équipe, elle participait à l’animation du Service d’Entraide de la Rive-Sud, (devenu depuis le Centre d’Action Bénévole Bellechasse, Lévis, Lotbinière) un organisme qui assurait de multiples services aux familles et aux personnes marginalisées du milieu.

Christiane y a contribué à lutter contre les préjugés en favorisant la création d’un tissu social basé sur l’entraide et la solidarité. En cohérence avec la vision de son organisme, elle a toujours conservé le souci que les personnes participent ensemble à la mise en place de solutions pour leur milieu : elle faisait tout son possible pour accueillir les usagers avec respect et les aider à sortir de la misère, tout en favorisant leur émancipation. Elle les aidait à identifier leurs talents et leurs charismes, de telle sorte que les personnes devenaient, avec le temps, des bénévoles désireux de s’engager, de donner au suivant. Parfois, après quelques années de formation et d’apprentissage, certaines de ces personnes quittaient le Service d’entraide, en ayant le désir de voler de leurs propres ailes, et à leur tour, contribuer à la construction d’un monde plus humain et ce à la grande joie de Christiane.

Christiane est issue d’une famille où l’égalité entre hommes et femmes était considérée comme normale, par exemple tous les enfants, les filles autant que les garçons, étaient encouragées a faire des études avancées, et ce alors que ce n’était pas le cas dans toutes les familles de cette époque. La prise de conscience d’avoir eu cette opportunité a rendu Christiane plus sensible au défi de la promotion de la femme, sans en faire un objectif précis d’engagement.

Maintenant retraitée depuis sept ans du Service de la Pastorale du diocèse de Québec, Christiane continue discrètement son bénévolat en gardant vivant le souci de la promotion humaine en vue d’une monde plus juste et plus humain et ce en tissant des liens étroits entre les personnes d’où surgira un tissu social plus harmonieux.

Sa plus grande satisfaction aura été de faire honnêtement ce dont elle était capable sans s’épuiser, sans chercher de reconnaissance. Mais cela n’a pas empêché la municipalité et divers organismes de souligner son apport remarquable à rendre les personnes appauvries plus autonomes et plus fières d’elles.

Elle constate qu’il est maintenant plus difficile de faire du bénévolat à cause de la surenchère autour des questions de sécurité. Un exemple évident : en raison des abus envers les enfants, notre société civile a émis des règles strictes, et avec raison, avant l’engagement d’une personne, et à ce sujet, nos organismes paroissiaux sont tenus de respecter les mêmes exigences. Mais, ça a comme conséquence l’extrême prudence entourant tous les gestes posés dans le bénévolat en exercice… En conséquence s’impliquer comme bénévole est plus compliqué, plus difficile, et l’exercice du bénévolat aussi. Ça peut expliquer en partie la difficulté du recrutement.

Aujourd’hui Christiane demeure intéressée à apporter le meilleur d’elle-même en vue de rendre la vie d’autrui plus épanouissante et ce autant dans le milieu paroissial que civil : implication dans quelques comités paroissiaux, bénévolat dans un organisme qui propose de la francisation aux personnes immigrantes, bénévolat dans un groupe qui fait des rapports d’impôt pour les personnes à faible revenu. Et elle le fait en tissant des liens d’amitié solides avec des personnes qui partagent, avec elle, une vision liée au respect des droits humains et de l’autonomie personnelle… Elle profite aussi de son temps libre pour se reposer, se ressourcer, tout en gardant vivante sa passion de voir le monde devenir plus humain dans la société comme dans la paroisse.

Bonne continuation de route.
Roger Labbé 2017-06-05

Ce contenu a été publié dans Les femmes et l'engagement social chrétien par Roger Labbé. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Roger Labbé

Prêtre du diocèse de Québec depuis 1974, Roger Labbé a été successivement vicaire, animateur régional de pastorale, curé et vicaire épiscopal. Membre de l’équipe pastorale de la paroisse Saint-Charles-Borromée (Québec) depuis huit ans, il se consacre à l’étude de la Parole de Dieu et son actualisation, l’attention aux démunis, la justice sociale, l’égalité des femmes et des hommes dans la société et dans l’Église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *