Mon engagement comme répondante à la condition des femmes

therese-duvalÀ la suite d’une demande de madame Pauline Jacob concernant mon vécu de femme engagée en Église comme répondante à la condition des femmes pour le diocèse de Québec, je vous livre tout simplement ce que j’y vis ainsi que les dossiers portés par notre diocèse et, plus largement, par le réseau des répondantes diocésaines à la condition des femmes. 

Tout d’abord, la demande du cardinal Gérald Cyprien Lacroix, au printemps 2014, m’a surprise, car je ne viens pas du milieu des agentes de pastorale et je voyais le défi assez gros en prenant la suite de mes prédécesseures, mesdames Annine Parent et Huguette Labrecque. J’œuvrais auparavant dans le milieu de l’éducation comme enseignante.

Après un temps de discernement et en faisant le lien avec ce qui m’habite depuis longtemps, c’est-à-dire ma sensibilité à la condition des femmes, à la place et à la reconnaissance de la femme dans la société et en Église, le souci des relations égalitaires entre les hommes et les femmes, l’importance de la femme en Église, j’ai accepté.

Cette demande me rejoignait entre autres dans ma féminité; dans la femme de foi, fille bien-aimée du Père; dans la femme d’Église et dans la fille de Marie.

Cet engagement vient dans une continuité de mes engagements en Église depuis mon enfance. Comme j’étais jeune retraitée, j’ai accepté de le faire bénévolement et je suis très bien dans ce choix.

J’ai été accueillie par le Service de pastorale du diocèse de Québec et insérée à l’équipe de la pastorale sociale, l’équivalent d’une journée/semaine. J’apprécie partager la mission avec une équipe élargie tout en gardant de vue les principaux dossiers de la condition des femmes.

Je me suis insérée dans le réseau plus large des répondantes diocésaines. Nous partageons nos préoccupations par conférence téléphonique environ six fois par an et nous nous rencontrons deux fois par année pour recevoir de la formation, pour partager notre vécu dans nos diocèses respectifs, pour regarder les dossiers qui nous touchent et pour réfléchir à la manière dont nous les travaillons dans nos milieux. Ces échanges nous permettent de ne pas être isolées, ni isolés, car nous comptons quelques hommes porteurs de ce dossier dans notre réseau.

Celles qui sont au réseau des répondantes depuis quelques années nous partagent la différence entre la situation actuelle et celles des premières années. Celles-ci portent maintenant non seulement le dossier de la condition des femmes, mais également plusieurs autres dossiers de travail. Nous constatons que la société et nos communautés chrétiennes ont changé et notre façon de rejoindre les gens et de les sensibiliser doit s’adapter.

Nous travaillons toujours sur des questions qui restent d’actualité, telles la violence faite aux femmes, la culture partenariale, le langage épicène, la traite des personnes.

Dans le diocèse de Québec, les réaménagements pastoraux et la mise en place des communions de communautés donnent un nouvel élan pour déployer notre travail à la mission dans un réel partenariat. Partenaires en humanité et partenaires en Église, nos communautés de personnes baptisées, « femmes et hommes, laïques, religieux et religieuses, ministres ordonnés portent la responsabilité de l’unique Mission de l’Église ». i Somme toute, accepter de faire route ensemble pour la Mission.

« Il y a encore du pain sur la planche », comme le dit l’expression. La sensibilisation, l’éducation, le changement de mentalité sont des réalités qui demandent un investissement à long terme. Le réseau des répondantes diocésaines à la condition des femmes ne manquera pas de défis dans l’avenir.

Thérèse Duval
Répondante à la condition des femmes
Église catholique de Québec
www.ecdq.org

i « Faire route ensemble vers une culture partenariale » comité de soutien au partenariat hommes et femmes en Église, Assemblée des évêques catholique du Québec, Février 2013

Ce contenu a été publié dans Les propos de... par Thérèse Duval. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Thérèse Duval

Retraitée de l’enseignement, Thérèse Duval est une femme engagée depuis longtemps dans différents mouvements tant en Église que dans la société civile. Elle est formatrice au diaconat depuis 12 ans et est actuellement répondante à la condition des femmes pour le diocèse de Québec.

2 réflexions au sujet de « Mon engagement comme répondante à la condition des femmes »

  1. Merci Thérèse pour cet élan que tu apportes au réseau des répondantes. Tes propos toujours éclairants, nuancés et remplis par le discernement évangélique nous poussent à faire évoluer le Réseau de façon éclairée et réfléchie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *