L’Église méthodiste souligne le 60e anniversaire de l’ordination des femmes

Le monde méthodiste se retrouve à Houston (Texas)

gbhem

Ces jours-ci, la « famille méthodiste » s’est retrouvée aux États-Unis. La Pastorale internationale méthodiste de femmes pasteures tout comme le Conseil méthodiste mondial et la 21e Conférence méthodiste mondiale se sont donné rendez-vous fin août et début septembre de cette année dans la ville texane de Houston. Les différentes sessions se tenaient durant la même période et dans les mêmes locaux.

La pastorale rassemblait 450 pasteures de l’Église évangélique méthodiste de 27 pays à laquelle se sont ajoutés cette année quelque 2500 délégués du Conseil méthodiste mondial (CMM), organisation faitière des Méthodistes du monde entier. La réunion du Conseil méthodiste mondial a commencé par l’élection de l’évêque Rosemarie Wenner au poste de « Secrétaire à Genève » (Ambassadrice).
60e anniversaire de l’ordination des femmes dans l’EEM

Cette rencontre était un temps de communion fraternelle et de réflexion autour du thème « UN – Naissance d’une Église mondiale » et de questions comme l’égalité et la justice. Au cours de la réunion, les participants ont célébré le 60e anniversaire de l’ordination des femmes dans l’EEM (UMC).

Lors de la cérémonie ont également été rappelés d’autres jalons de l’histoire de l’EEM mondiale : l’élection de Marjorie Matthews comme première femme évêque en 1980, quatre ans plus tard l’élection de Leontine TC Kelly comme première femme évêque afro-américaine, 2004, l’élection de Minerva Carcano, première femme évêque hispano-américaine, l’élection de Rosemarie Wenner comme première femme évêque en dehors des États-Unis et en 2008, l’élection de Joaquina Filipe Nhanala comme première femme évêque en Afrique.

Au regard de ces événements particuliers dans l’histoire de l’EEM, Janice Riggle Huie, évêque de la Conférence annuelle de Houston a déclaré :« pour que nous puissions être ici ce soir, des femmes en particulier ont fait d’incroyables sacrifices ». Rosemarie Wenner, en charge de l’EEM en Allemagne, a aussi parlé de ses expériences antérieures comme évêque nouvellement élue. « Pour moi, en tant que femme et étrangère, il a été bénéfique que d’autres évêques femmes m’accueillent et me guident ».

Birgitta Hetzner, pasteure à Stuttgart-Vaihingen, et déléguée de l’Allemagne à cette réunion, dit avoir ressenti par moments « la chair de poule » lors de cette rencontre mondiale de pasteures méthodistes.

Conférence mondiale méthodiste

Immédiatement après la pastorale a débuté la Conférence mondiale méthodiste convoquée tous les cinq ans. Plus de 2500 participants venus de partout dans le monde et représentant une variété d’églises méthodistes se réunissent ces jours-là pour le culte, des conférences, des ateliers et des événements culturels.

Dialogue méthodiste-catholique

Lors de cette Conférence a également été présenté le dernier volet du dialogue entrepris par le Conseil méthodiste mondial avec l’Église catholique romaine. Sous le titre « Appel à la sainteté – de gloire en gloire », le rapport examine ce que Méthodistes et Catholiques peuvent dire ensemble sur la grâce de Dieu et une vie de sainteté. «On a vraiment vraiment vécu des moments inspirants », déclare l’évêque Wenner à propos de ce qui s’est vécu à Houston. Sa réflexion inclut également le dialogue entre un astrophysicien et un théologien amorcé au début de la Conférence. Les intervenants ont discuté de la question du rapport entre science et foi à partir du Psaume 8. A leurs yeux, la science est à prendre et  comprendre comme un cadeau. La science rend possible le respect et l’admiration par la compréhension.

Après la Conférence mondiale, c’est au tour du Conseil méthodiste mondial de poursuivre ses travaux. D’entrée de jeu, les délégués du Conseil méthodiste mondial ont élu l’évêque Rosemarie Wenner comme «secrétaire de Genève» pour maintenir le contact entre le Conseil méthodiste mondial et le Conseil œcuménique des Eglises, basé à Genève ainsi que d’autres organismes mondiaux ecclésiastiques.

Le Prix méthodiste mondial de la Paix 2016

Le Prix Méthodiste Mondial de la Paix a été créé en 1976 à la WMC à Dublin, Irlande. Cette année, le bénéficiaire du prix est la pasteure Dr. Jo Anne Lyon. Dr. Lyon est surintendante générale de l’Église Wesleyenne. Tout en dirigeant l’Église Wesleyenne, le Dr Lyon est la fondatrice deWorld Hope International, une ONG (organisation non gouvernementale) de secours et de développement qui vise à atténuer les souffrances et l’injustice dans 30 pays.

Le courage, la créativité, et la cohérence sont les critères retenus pour déterminer le lauréat du Prix Méthodiste Mondial de la Paix.

Un mot supplémentaire sur le Conseil méthodiste mondial

Le Conseil méthodiste mondial (World Methodist Council, WMC) est une organisation faîtière de 80 églises de tradition méthodiste et wesleyenne et d’Eglises unies connectées avec elles, dont font partie un total de 80,5 millions de personnes. Le Conseil méthodiste mondial comprend 400 membres représentant leur Église respective et apportant leur contribution financière aux activités du Conseil. Cette plate-forme a pour objectif de promouvoir l’unité des Églises méthodistes et le témoignage commun de la foi chrétienne dans le monde. En outre, le WMC encourage les activités œcuméniques et interreligieuses. Depuis 1956, le WMC a son siège permanent à Lake Junaluska, dans l’État de Caroline du Nord.

Source : http://ueem.umc-europe.org/eemni/eemni/le-monde-methodiste-se.html
Texte publié avec les autorisations requises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *