Hommage à Solange Fernet-Gervais (1930-2016)

Solange Fernet-GervaisGrâce à l’intervention de la députée du Parti québécois Carole Léger, l’Assemblée nationale du Québec a rendu hommage à Solange Fernet-Gervais décédée le 8 juillet 2016 à l’âge de 85 ans. Cette femme reconnue pour ses multiples engagements dans la société québécoise était aussi une alliée de la cause des femmes en Église.

Le premier souvenir que j’ai conservé de Solange remonte au tournant des années 1980. Le comité exécutif national de l’Aféas, présidé par Solange, était l’invité du Comité des affaires sociales de l’Assemblée des Évêques catholiques du Québec à un dîner pour une première prise de contact. Tout s’est déroulé dans une atmosphère conviviale, pendant que chacune des invitées présentait l’un des dossiers pris en charge par l’association, témoignant d’un leadership partagé et de méthodes d’action bien rodées. Aussitôt après leur départ, un évêque a dit spontanément: « Si nos regroupements d’hommes étaient aussi bien organisés que ces dames, ce serait formidable! »

En mars 1986, lorsque le même comité épiscopal décida d’organiser une session d’étude sur « L’Église et le mouvement des femmes », Solange se retrouva parmi les cheffes de file invitées. Depuis, elle ne cessa de s’intéresser au travail des Répondantes diocésaines à la condition des femmes et aux initiatives du réseau Femmes et ministères.

Solange était une travailleuse acharnée, studieuse et persévérante. Lorsqu’elle entreprit de recenser tous les résidents de Hérouxville, elle mena à terme un travail d’archiviste jusqu’à une publication, tout comme elle réussit, en dépit de problèmes de santé, à publier en 2015 son autobiographie intitulée Madame Solange. Elle a connu les joies et les déceptions de l’engagement social et politique, aux côtés de son mari Denis Gervais ou de concitoyennes et concitoyens. Ainsi, elle regretta beaucoup qu’en dépit de tous les efforts consentis et les appuis recueillis, le gouvernement fédéral n’ait pas accordé aux femmes collaboratrices d’une entreprise familiale le droit d’accès à une pension.

Dans nos conversations amicales, j’ai perçu chez toi, Solange, que ta foi en Dieu était aussi grande que l’amour et la fidélité dont tu as si souvent donné la preuve envers les tiens. Nous te sommes reconnaissantes d’avoir balisé le chemin qui sait concilier travail-famille, christianisme et féminisme, mise en valeur du monde rural et des régions tout en embrassant des causes universelles.

Gisèle Turcot, sbc
Le 15 juillet 2016

https://fr.wikipedia.org/wiki/Solange_Fernet-Gervais

http://www.lhebdodustmaurice.com/Culture/2015-10-17/article-4311745/Solange-Fernet-Gervais-lance-%26laquo%3BMadame-Solange%26raquo%3B/1

Ce contenu a été publié dans Les femmes en Église par Gisèle Turcot. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Gisèle Turcot

Gisèle Turcot, sbc, est membre de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal dont elle est la supérieure générale depuis juin 2015. Elle a participé à la fondation du réseau Femmes et Ministères et elle est associée aux Antennes de la paix, groupe montréalais membre de Pax Christi International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *