Entre espérance et indignation

Denise CouturePoint de vue féministe sur le Synode sur la famille 2015

Article publié dans la revue électronique RENCONTRE – Le magazine du Centre culturel chrétien de Montréal vol. 5 no 13 et reproduit avec les permissions requises.

Les journalistes ont souligné le dynamisme avec lequel le pape François a dirigé le Synode sur la famille 2015. Il a renouvelé la méthode synodale et prit soin de susciter des discussions véritables. Il insuffle un renouveau. Et il est contesté pour cela.

On a rapporté trois événements survenus pendant le Synode ayant pu avoir pour but de le déstabiliser : une lettre d’un groupe d’évêques plus conservateurs, la circulation de fausses photos indiquant qu’il serait atteint d’un cancer et le coming out d’un prélat. À travers ces vents contraires, a-t-on indiqué, le pape François a tenu bon et il a maintenu la direction souhaitée pour le Synode. Il avance l’idée d’une pastorale de la miséricorde à l’attention des personnes qui ne répondent pas aux normes romaines.

Il faut noter qu’il a réitéré à maintes reprises l’imprescriptibilité et le caractère inchangé des visions du SaintSiège sur « la » femme et sur la famille. Rappelons brièvement les énoncés fondamentaux de sa vision de « la » femme, qui a des conséquences directes sur celle de la famille :

1. La femme est créée comme « l’autre » de l’homme;

2. L’homme et la femme sont égaux en dignité humaine; ils ont des fonctions différentes et complémentaires;

3. La femme a pour rôle d’être mère et épouse physique ou spirituelle; sa nature physicopsychologique consiste à prendre soin, à aider, à écouter, à éduquer…

4. L’homme se réalise dans le masculin et le féminin, tandis que la femme se réalise exclusivement dans le féminin : interdiction lui est faite de s’approprier les caractéristiques masculines;

5. Le double critère moral de l’acte sexuel est l’union (l’amour dans le mariage indissoluble entre un homme et une femme) et la procréation (interdiction de la contraception non naturelle).

On reconnaît un système symbolique patriarcal exemplaire et accompli. Il se traduit par une hiérarchisation des fonctions des hommes et des femmes dans l’organisation de l’Église, qui s’est manifestée, au Synode sur la famille d’octobre 2015, notamment par une infime représentation féminine, par le non-droit de vote d’une religieuse alors qu’un religieux y a eu accès et par une non-écoute d’une parole féminine « qui tombait à plat » (Lucetta Scaraffia).

Ce Synode provoque des sentiments mêlés, oscillant entre espérance et indignation. Appelé « le pape des pauvres », François défend la réconciliation entre les nations, la justice pour les personnes immigrantes, la conscience écologique, la critique du capitalisme, une réforme de la curie romaine, toutes choses qui soulèvent l’enthousiasme. Mais comment peut-on isoler la justice relationnelle entre les femmes et les hommes des autres questions de justice sociale? La reproduction du système patriarcal romain suscite l’indignation.

Les catholiques ont la responsabilité d’opposer un refus à cette injustice. Afin de demeurer fidèles à l’évangile de Jésus Christ, ils et elles ont le devoir de refuser d’incarner le patriarcat dans leur vie et dans les communautés locales ecclésiales.

Ce contenu a été publié dans Le synode romain sur la famille et les femmes par Denise Couture. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Denise Couture

Denise Couture, Ph D. (théologie), est professeure titulaire à la faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal. Elle est membre de l'équipe de direction du Centre de théologie et d’éthique contextuelles québécoises [CETECQ] et membre de la collective L’autre Parole. Ses champs d’expertise sont les suivants : théologie féministe, femmes et religions, interreligieux féministe; éthique théologique chrétienne, éthiques et religions, éthique et sexualité; théologie contextuelle, théologie et altermondialisme.

2 réflexions au sujet de « Entre espérance et indignation »

  1. Que ça fait du bien, quelle libération intérieure, quelle complicité l’on ressent en lisant cette analyse du Synode sur la famille et l’exclusion de la femme, ceci en pensées, en paroles et en actions! Prions l’Esprit d’éclairer François. Les autres pourront peut-être suivre, bien que plusieurs chez nous l’ont devancé à ce sujet.
    Merci Madame Couture!

  2. Merci Madame Denise Couture pour votre critique sur le Synode sur la famille 2015.

    Prions et voyons François Ier ouvrir les portes des églises catholiques aux ministères féminins de tous acabits. Peut-être pourrions-nous commencer à célébrer la liturgie et les baptêmes dans nos églises d’ici dès qu’ordonnées? Qu’en pensez-vous? Il y a tant d’églises en reste disponibles…

    Étudiante en théologie
    Université Laval de Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *