Monique Dumais, féministe au sein de l’Église

Monique DumaisMonique Dumais est bien connue dans le milieu féministe, mais également dans l’ensemble de la société pour sa plume franche et ses prises de position en faveur de l’égalité des hommes et des femmes à tous les niveaux, y compris au sein de l’Église.

Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, nous avons demandé à cette femme très impliquée socialement de nous parler de ses convictions et de sa lutte féministe. Originaire de Rimouski, Monique Dumais est membre de la congrégation des Ursulines et a fait carrière comme enseignante en théologie à l’UQAR, un domaine largement représenté par des hommes. Au début des années 70, elle s’est ouverte au discours féministe. « J’ai beaucoup lu et mes lectures féministes m’ont amenée à m’impliquer. J’ai compris très vite que seule, on ne peut pas faire changer les choses et qu’il faut se regrouper. Avec d’autres femmes impliquées en théologie et en sciences religieuses, j’ai fondé le groupe “L’autre parole” et une publication qui existe toujours, 130 numéros et 35 ans plus tard. »

La revue « L’autre parole » a permis l’expression d’une vision féministe au sein de l’Église. « Notre travail en est un de réécriture. À partir de nos expériences de femmes, nous réécrivons les textes de la Bible ou paroles de l’Église. Nous avons publié “Collective des femmes chrétiennes et féministes 1976-2011 – 35 ans d’écriture et de réécritures”. » Tantôt critiques, tantôt teintés d’humour, ces textes expriment le point de vue des femmes qui apportent leurs réflexions liées à la théologie et à la pratique religieuse. « L’Église demeure patriarcale et jusqu’à maintenant, ce sont surtout les hommes qui ont parlé de leur expérience. Je veux donner la parole aux femmes, afin qu’elles soient présentes et participantes. »

Monique Dumais s’est impliquée dans le groupe La Marée montante qui a travaillé à ce qu’un plus grand nombre de femmes s’engagent activement dans la société. Elle s’intéresse à l’éthique et a signé elle-même plusieurs publications, dont « Les droits des femmes » et « Les femmes et la pauvreté ».

En 2012, Monique Dumais souhaite voir plus de femmes s’impliquer en politique. « Les femmes ne doivent pas avoir peur de prendre la parole. Il ne peut y avoir de véritable égalité sans que les femmes s’impliquent sur le plan économique. Dans l’Église, la parole et les décisions des femmes devraient avoir autant de place que celles des hommes. Pour ordonner des femmes prêtres, il faudrait que l’Église soit moins rigide, moins masculine et qu’elle fasse une place égale aux femmes. Moi, j’ai pris la liberté de parole afin de faire avancer les choses et je suis reconnaissante envers ma communauté de m’avoir respectée dans ma démarche. »

Publié le mercredi, 07 mars 2012 dans L’Avantage.qc.ca et reproduit avec les permissions requises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *