Vers la restauration du diaconat pour les femmes

En janvier 1982, nos évêques s’intéressaient déjà à la question de l’accès des femmes au diaconat. Gisèle Turcot y présentait le document préparé par Gertrude McLaughlin, S.N.J.M. à leur demande.

L’Exécutif de l’Assemblée des évêques du Québec a invité une bibliste de chez nous, Gertrude McLaughlin, S.N.J.M., à préparer un document de travail sur les diaconesses dans l’Église. L’éclairage biblique et l’histoire du diaconat dans les premiers siècles du christianisme sont complétés par une description du renouveau d’intérêt pour le diaconat féminin dans les Églises sœurs au XIXe et au XXe siècle. Lire la suite

Le diaconat permanent pour les femmes: une question ouverte dans l’Église?

Introduction

La restauration du diaconat permanent par le Concile Vatican II est considérée comme une avancée dans l’Église. En 2010, on compte dans le monde près de 36,000 diacres permanents[1]. Les fidèles qui voient ces hommes ordonnés exercer leur ministère dans leur communauté se demandent bien si des femmes ne pourraient pas devenir elles aussi diacres permanents? À leur question légitime et pertinente, des autorités ecclésiales répondent qu’il s’agit même d’ « une question ouverte » dans l’Église.
Lire la suite

Partager son expérience d’appel à la prêtrise ou au diaconat, une expérience libératrice pour les femmes

Présentation faite lors du 5e Rendez-vous de théologie pratique du Réseau québécois de théologie pratique ayant pour thème : « Oppression et libération de la Parole »

Des femmes deviendraient prêtres ou diacres… Certaines osent l’exprimer et leur partage devient libération. Je dirais que c’est un des fruits non prévus de ma recherche doctorale[1]. Les femmes qui y ont participé ont écrit leur cheminement vocationnel. Elles ont ensuite échangé sur l’appel qu’elles portaient avec un sous-groupe de participantes. Plusieurs d’entre elles ont parlé spontanément du bienfait qu’elles avaient éprouvé à partager ce qui les habitait profondément. Elles avaient osé parler ouvertement, pour la première fois dans la plupart des cas, de ce « désir » très grand qu’elles portaient depuis longtemps et que l’institution ecclésiale choisit d’ignorer. Certaines sont allées jusqu’à l’exprimer publiquement par la suite. Un tel échange est dans la ligne d’une libération.  Lire la suite