Au revers de l’histoire : les femmes

Faire le bilan du parcours et de l’apport de la théologie de la libération, en pleine postmodernité et globalisation capitaliste, est assez complexe. Il est facile de tomber dans des simplifications dangereuses, mais la tâche est nécessaire. J’ai vécu avec une grande joie la naissance et la montée de la théologie de la libération en Colombie, mon pays, puis dans toute l’Amérique latine, et son irremplaçable contribution à la cause de la libération des dépossédés. Aujourd’hui, depuis ma position radicalement féministe, je prends mes distances par rapport à certaines de ses pratiques que je considère partielles et insuffisantes. Lire la suite