À propos de Rolande Parrot

Cofondatrice du réseau Femmes et Ministères, Rolande Parrot est au service de l’Église depuis plus de 40 ans, comme journaliste, directrice de la défunte revue « L’Église canadienne », responsable des communications (diocèse de Saint-Jean-Longueuil, Assemblée des évêques catholiques du Québec). Elle est récipiendaire du Prix Marie-Guyart (2008) pour sa fructueuse carrière de communicatrice en Église. Elle est l'auteure de nombreux articles concernant l'Église et la question des femmes en Église.

Une solidarité indéfectible à l’égard des femmes

Rolande ParrotEn 1979, paraissait le livre vert du Conseil du statut de la femme [CSF]  Pour les Québécoises : égalité et indépendance. Sensibilisé dès lors à la cause des femmes tout en ayant un esprit critique, Mgr Bernard Hubert a démontré un soutien indéfectible à la condition des femmes jusqu’à la fin de sa vie. Sa lettre pastorale intitulée Une complémentarité réciproque témoigne de plusieurs initiatives prises sous sa gouverne dans l’Église de Saint-Jean-Longueuil. Lire la suite

30e anniversaire de Femmes et Ministères – De l’euphorie à l’espérance tranquille

Rolande ParrotMa participation aux trente ans de Femmes et Ministères peut se résumer en trois grandes étapes. Tout d’abord, la période d’une vaste prise de parole dans l’Église au Québec. Elle fut suivie de plusieurs années d’un débat passionné pour faire valoir nos revendications. Et, depuis quelque temps, nous sommes entrées dans une phase résolument ancrée dans l’espérance, mais que je qualifie de tranquille. Malgré la constance dans nos démarches pour que les femmes prennent toute la place qui leur revient dans l’Église, les résultats se font toujours attendre. Lire la suite

HILDEGARDE DE BINGEN Sainte et docteure de l’Église

Le pape Benoît XVI a confirmé sainte, Hildegarde de Bingen, le 10 mai  2012  et la proclame docteure de l’Église, le 7 octobre 2012.

Le pape affectionne particulièrement Hildegarde de Bingen. Pour lui, « Hildegarde fut une moniale bénédictine au cœur de l’Allemagne médiévale, authentique maîtresse en théologie et grande experte des sciences naturelles et de la musique ». Les personnes qui la connaissent résument sa vie en ces mots : abbesse, visionnaire, mystique, théologienne, compositrice et musicienne, poétesse, naturaliste et médecin, féministe, environnementaliste. Lire la suite

Le droit d’être elles-mêmes

C’est le féminisme des années quatre-vingt qui m’a ouvert les yeux.  Plus précisément, il m’a révélé ce que je pressentais depuis bien longtemps sur l’être de la femme.  Célibataire par choix, je ne comprenais pas vraiment pourquoi on définissait la femme uniquement par rapport à sa nature biologique.  « Si je ne prends pas mari et n’ai pas d’enfant, qui suis-je alors ? » me demandais-je fréquemment.  Ma question n’était pas pour autant angoissante, car la présence de femmes dans les communautés religieuses me rassurait.  Mais en quelque part, au fond de moi, je me sentais piégée. Lire la suite