Une formation aux ministères inspirée des spiritualités féministes

C’est lui (le Christ) qui a fait don des envoyés, des prophètes, des évangélistes, des pasteurEs et des enseignantEs, pour qu’ils forment les saintEs à pratiquer le service et pour qu’ils construisent le corps du Christ (Éph 4,11-12).

Depuis plusieurs années, la crédibilité de l’Église et de ses ministres est rudement mise à l’épreuve par de nombreux scandales, mais plus encore par la distance qui les sépare du Peuple de Dieu. L’institution ne comprend pas ce qui se passe avec ses « fidèles » et revient à ses dogmes moralisateurs et à ses interdits pour se donner bonne conscience. Durant ce temps, les gens s’en éloignent de plus en plus d’autres, désillusionnés, rêvent d’un Évangile libéré de toute institution au risque que ce dernier se dénature, certains optent pour s’éloigner de cette institution sclérosée en se tournant vers le monde pour lui parler de l’Évangile. « Mais pour que la Bonne Nouvelle annoncée atteigne l’individu postmoderne, elle doit l’être sur un ton, une mélodie qu’il puisse entendre, une mélodie qui ne se confonde pas avec le bruit ambiant et qui soit diffusée à l’aide de méthodes appropriées[1] ». Lire la suite