Pour la fin du monologue romain

FHEDLES salue la lucidité de Benoît XVI dans sa renonciation à sa charge de ministre de l’unité. Cette décision désacralise la fonction de pape. Elle manifeste aussi l’impasse d’une centralisation excessive de l’Église et du gouvernement bureaucratique d’un milliard de Catholiques.

Nous appelons le prochain évêque de Rome à revenir à la collégialité épiscopale et au dialogue avec le peuple chrétien qui est la règle primitive de l’Église remise à l’honneur par le Concile Vatican II. Lire la suite