Officiellement lectrices et acolytes

Depuis ce lundi 11 janvier 2021, le pape François a ouvert aux femmes les ministères du lectorat et de l’acolytat, à travers le Motu proprio « Spiritus Domini ».
Ce Motu proprio modifie le premier paragraphe du canon 230 du Code de droit canon de 1983 en supprimant la spécification «laïcs hommes», présente dans le texte du Code jusqu’à ce dernier amendement. La nouvelle formulation du canon se lit comme suit : « Les laïcs qui ont l’âge et les qualités requises établies par décret de la conférence des Évêques, peuvent être admis d’une manière stable par le rite liturgique prescrit aux ministères de lecteur et d’acolyte ».

Information recueillie par Pauline Jacob le 12  janvier 2021
Sources :
Le Pape ouvre aux femmes les ministères du Lectorat et de l’Acolytat
Liturgie : les femmes peuvent désormais être « lecteurs et acolytes »

À l’origine de l’émission En mémoire d’elles à Radio VM

Depuis l’automne 2020, j’ai l’immense plaisir d’animer l’émission En Mémoire d’elles à Radio VM1. Le principal objectif consiste à parler des femmes dans les religions monothéistes et à faire parler des femmes qui se spécialisent dans les questions qui touchent cette moitié de l’humanité trop souvent négligée. Chacune des émissions aborde une figure importante mais méconnue du judaïsme, du christianisme et/ou de l’islam. Ainsi, seule ou accompagnée d’une invitée, je traite de différents personnages féminins des textes sacrés, mais aussi des façons dont elles sont vues par les traditions religieuses, les approches féministes ainsi que par les divers mouvements fondamentalistes. Lire la suite

Réflexions comme feuilles au vent…

Ces mots reçus de Pauline : « Avent, Noël, idéalement en lien avec la question des femmes en Église ou des femmes tout court », dansent en moi une valse à plusieurs temps. D’autres mots, certains faits, sont entrés dans la danse : de Mgr Grech : Pandémie, vie de l’Église, quelle leçon?Fratelli Tutti de François; publications de Dominique Collin, OP, dont : Le christianisme n’existe pas encore, puis candidature d’Anne Soupa, messes virtuelles, rapports tablettés depuis le Rapport Dumont jusqu’à Risquer l’avenir1. Folle farandole…

J’accueille la suggestion de revenir à la maison comme quelque chose de neuf… dont il ne faudrait pas s’emparer trop vite pour offrir des programmes d’appoints aux « maisonnées » qui espèrent un prochain retour au temple. Comment se préparer plutôt à accueillir ce qui naîtra depuis les maisons? Après quelle durée de gestation? J’écris espérant ouvrir un chemin… et préciser la question lancinante qui me taraude. Lire la suite

Mémoire du christianisme social au Québec

Un excellent site Web, un projet du Centre justice et foi, a vu le jour : « Mémoire du christianisme social au Québec ». Toutes nos félicitations aux personnes qui l’ont pensé et créé.
Il comprend quatre sections : 1) les luttes ouvrières; 2) la solidarité internationale; 3) les femmes et la société; 4) les luttes écologistes. Lire la suite

Femmes, Église et politique – compte-rendu d’une conférence de Denise Couture

À la suite de la conférence de Denise Couture
« La place des femmes au sein de l’église et des structures politiques : similitudes et divergences »
du 8 décembre 2020,  voici le compte-rendu
et le commentaire de  
Anne-Marie Ricard

⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔

Organisée conjointement par le Groupe Femmes, politique et démocratie [GFPD] et le réseau Femmes et Ministères, cette conférence était animée par madame Pascale Navarro dans la cadres des Conférences de la relance du GFPD. Elle a réuni près de 70 participantes et participants, des féministes engagées dans les changements sociaux et politiques et des féministes chrétiennes aussi engagées dans les changements sociaux et ecclésiaux. Lire la suite

Femmes, Église et politique – Présentation du réseau Femmes et Ministères

À l’occasion de la conférence de Denise Couture du 8 décembre 2020 intitulée
« La place des femmes au sein de l’église et des structures politiques : similitudes et divergences » organisée conjointement
par le  Groupe Femmes, politique et démocratie [GFPD] et le réseau Femmes et Ministères, Marie Bergeron a présenté le réseau Femmes et Ministères.

Pourquoi le mot ministère? On confond souvent avec les ministères au niveau des gouvernements. Dans l’Église le mot ministère désigne les fonctions assumées par les ministres ordonnés, soit les évêques, les prêtres et les diacres. Les femmes sont bien sûr exclues de tous ces ministères, donc des fonctions où elles pourraient exercer un certain pouvoir et prendre part aux décisions. Pourquoi? Même si aucune raison théologique ou biblique solide n’empêcherait les femmes d’avoir accès à ces fonctions, la porte demeure toujours bien fermée. Lire la suite

Une ouverture aux femmes dans l’Église?

Dans le cadre du mois missionnaire 2020, le pape François exprime, à l’intérieur d’une vidéo, certains souhaits concernant la participation des laïcs, particulièrement les femmes, à la vie de l’Église. Il y invite les chrétiens et les chrétiennes à élargir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Église et demande l’intégration des femmes dans les divers lieux où se prennent les décisions importantes. Lire la suite

Le souffle

Que reste-t-il du souffle des années 1980 où l’on a pu concevoir un renouvellement de la structure hiérarchique de notre Église, y inscrire un partenariat réel entre baptisés, ministres ordonnés et laïques, entre femmes et hommes. L’espoir s’est rapetissé peu à peu dans les années 1990 jusqu’à se ratatiner en peau de chagrin aujourd’hui. Lire la suite

Jean-Paul II, l’ombre du saint – Droit d’inventaire – recension

Une recension du livre de Christine Pedotti et Anthony Favier « Jean-Paul II, l’ombre du saint – Droit d’inventaire » – Albin Michel, juin 2020 par Marie-Thérèse Van Lunen Chenu.
Cette recension a d’abord été publiée le 3 juillet 2020 sur le site de Femmes et Hommes, Égalité, Droits et Libertés dans les Églises et la Société FHEDLES et est reproduite avec les permissions requises.

Alors qu’aujourd’hui nombreux fervents compatriotes de ce pape polonais charismatique, Saint-Jean-Paul II, se mobilisent ardemment pour lui faire donner encore plus d’honneurs – pas moins que Docteur de l’Église et ses parents dévots canonisés de surcroît – d’autres catholiques estiment une telle ferveur tout à fait inappropriée. S’est ouvert le temps d’inventaire. Celui-ci mis quelque peu en sursis par les courageuses mais pathétiques dernières années du long pontificat. Est analysé et même crument dénoncé un lien de causalité entre la crise et le désarroi que connait le catholicisme aujourd’hui et ce qui fut une priorité obsessionnelle de ce pape pour un retour à une Église pré-conciliaire centralisatrice, cléricale et puissante, s’annonçant elle-même sainte et sans tâches, alors que se sont multipliées les révélations sur sa cécité, son silence, son indulgence, voire ses compromissions, devant tant d’abus et crimes sexuels commis en son sein. Lire la suite