Décès d’Anita Caron, une figure marquante du féminisme québécois

Anita CaronLa professeure émérite Anita Caron est décédée le 22 juillet dernier, à Montréal, à l’âge de 88 ans.

Professeure en sciences des religions depuis les débuts de l’UQÀM en 1969 jusqu’en 1993, elle a fait partie, en 1977, de l’équipe fondatrice du Groupe interdisciplinaire d’enseignement et de recherche féministes (GIERF), devenu en 1991 l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF), dont elle a été la première directrice (1991-1993). Anita Caron a assumé de multiples responsabilités au cours de sa carrière à l’UQAM; elle fut directrice du Département des sciences religieuses, vice-doyenne des sciences humaines, membre du Conseil d’administration de l’UQAM (1977-1979) et de la Commission des études (1985-1989). Lire la suite

Les féminismes et les femmes croyantes musulmanes au Québec

Intervention de Carmen Chouinard au Forum mondial théologie et libération [FMTL] à l’intérieur du panel « Féminisme, questions du genre et intersectionnalité des oppressions. », le 8 août 2016.

Carmen ChouinardUne triple occultation des femmes croyantes au Québec

L’approche intersectionnelle permet de constater que depuis la Révolution tranquille, les femmes croyantes du Québec sont occultées de trois façons :

  1. la sécularisation a circonscrit l’influence des croyants (femmes et hommes) aux lieux de culte et à la sphère privée;

  2. les féminismes québécois ont pour la plupart évacué la religion (dernier bastion du patriarcat) et les femmes croyantes;

  3. certaines communautés de foi sont souvent structurées selon une hiérarchie patriarcale et elles tiennent les femmes à l’écart de plusieurs fonctions, dont celle de rabbin, de prêtre, d’imam.

Pour contrer ces occultations, l’herméneutique féministe des livres saints est une, sinon la piste à suivre. Pour ce faire, un regard anticolonial, antiraciste de ces herméneutiques est proposé et illustre bien les efforts des femmes croyantes musulmanes pour participer pleinement aux débats sociétaux et à la justice sociale. Lire la suite

Les mouvements féministes chrétiens québécois : persévérance et créativité

Un appel à la solidarité : un autre monde est nécessaire pour une égalité hommes-femmes dans l’Église

Intervention de Pauline Jacob au Forum mondial théologie et libération [FMTL] à l’intérieur du panel « Transformer les religions et les théologies kyriarcales : approches féministes », le 8 août 2016.

Pauline Jacob 3Afin de faciliter la compréhension de personnes originaires d’autres pays, voici une petite précision. En plus des sociétés autochtones, le Canada compte deux grandes sociétés : l’une anglophone et l’autre francophone; et la majorité francophone réside dans la province de Québec.

Au Québec, le féminisme chrétien est bien vivant. Il a été et continue d’être alimenté dans les milieux universitaires et dans des groupes de femmes. C’est de ceux-ci dont il sera davantage question ici, me limitant à la tradition catholique francophone, majoritaire au Québec. L’accent sera mis sur la réalité des femmes oeuvrant dans l’institution catholique. Elles font partie de notre société et sont souvent oubliées. En effet, dans l’ensemble des institutions de l’univers séculier québécois, les femmes ont obtenu, du moins en principe, l’égalité avec les hommes; mais ce n’est pas le cas dans l’Église catholique. Lire la suite

« Ce que j’ai promis, je vais le faire »

Gisele Turcot 3« Ce que j’ai promis, je vais le faire »
(pape François) :
Une étude sur l’admission des femmes au diaconat

Le jeudi 12 mai 2016, le pape François a reçu en audience les 870 Supérieures générales réunies à Rome pour participer au congrès triennal de l’Union Internationale des Supérieures générales (UISG). L’association rassemble les deux mille responsables de communautés regroupées en constellations formées sur la base d’un ou de plusieurs pays. Lire la suite

Un diaconat pour les femmes ou pour l’Église?

Marie-T Van Lunen ChenuLe pape François envisage la création d’une commission d’étude sur la possibilité d’accès des femmes au diaconat. Une annonce sympathique et de bonne volonté, certes, mais qui fait naître pourtant des interrogations circonspectes.

On ne peut que se réjouir de cette nouvelle. Espérons qu’elle encouragera les femmes à se faire reconnaître dans des responsabilités. Si elle est suivie d’effet, cette étape, certes modeste, peut marquer un pas important aux yeux du commun des fidèles et des infidèles. Et pourtant, on doute. Lire la suite

Des militantes et des militants pour l’ordination des femmes à Cracovie

SIGLE 3e congrès de WOWComme à chaque année depuis sa fondation il y a 20 ans, le Women’s Ordination Worldwide [WOW] célèbre, le 22 juillet, la fête de Marie-Madeleine. Cette fête prend cette année une couleur particulière puisque, à la demande du pape François, la fête liturgique de Marie-Madeleine, l’apôtre des apôtres, est désormais reconnue officiellement dans l’Église catholique et incluse dans le calendrier général romain. Lire la suite

Dans l’œil de Hagar : une théologie de la survie (Gn 16)

Anne LétourneauAu chapitre 16 du livre de la Genèse, Hagar, esclave égyptienne, fuit dans le désert pour échapper aux mauvais traitements infligés par Saraï1, sa maîtresse. À proximité d’une source, sur la route de Shour, vers l’Égypte, la jeune femme enceinte fait l’expérience d’une théophanie. Elle rencontre un messager de YHWH qui lui ordonne de retourner vers Saraï, lui annonce une descendance nombreuse et surtout son fils à naître, Ishmaël. Cette rencontre mène Hagar à une pratique théologique tout à fait singulière alors qu’elle entreprend de nommer Dieu : El-Ro’î. Je propose ici une lecture qui prolonge le travail d’exégètes féministes, womanistes et postcoloniales, en suivant la trace des regards posés par Hagar dans le récit de Gn 16. Ses expériences visuelles, dont les oppressions liées au genre, à la classe et à l’ethnicité sont constitutives, en particulier dans ses interactions avec Saraï (v. 4-6), sont déterminantes dans sa rencontre avec Dieu et la « théologie expérientielle » qu’elle en dégage. Lire la suite

Hommage à Solange Fernet-Gervais (1930-2016)

Solange Fernet-GervaisGrâce à l’intervention de la députée du Parti québécois Carole Léger, l’Assemblée nationale du Québec a rendu hommage à Solange Fernet-Gervais décédée le 8 juillet 2016 à l’âge de 85 ans. Cette femme reconnue pour ses multiples engagements dans la société québécoise était aussi une alliée de la cause des femmes en Église. Lire la suite

7e Forum mondial théologie et libération

Le 7e Forum mondial théologie et libération [FMTL] se tiendra à Montréal du 8 au 13 août 2016. Son thème : « Résister, espérer, inventer : un autre monde est possible! »

Une place importante y est faite à l’approche féministe entre autres lors d’un panel et d’un rituel féministes en plénière le 8 août.

Participeront à ce panel : Kochurani Abraham (Inde), Maria Pilar Aquino (États-Unis et Mexique), Denise Couture (Québec), Mary Getui (Kenya), Pauline Jacob (Québec), Elisabeth Schüssler-Fiorenza (ÉtatsUnis) et Luiza Tomita (Brésil). Cette plénière sera présentée avec traduction simultanée en français, en anglais et en espagnol. Les coûts d’inscription sont modiques.

Voici le lien pour avoir accès au programme et s’inscrire : http://justicepaix.org/fmtl-montreal-2016/  

Usuelles suspectes

Eric George« Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table. Survint une femme de la ville, une pécheresse. … » Luc 7, 36 – 8,3
Texte de la prédication du dimanche 12 juin 2016
Pasteur Éric George, Évreux.

J’ai souvent tendance à déborder un peu sur le découpage que propose Parole pour tous, mais j’avoue que cette fois, je me suis laissé surprendre par ce petit rajout que Parole pour tous propose en nous invitant à lire, à la suite du récit du flacon de parfum brisé, l’évocation des femmes qui suivaient Jésus.
Lire la suite